Bebe.be
Bebe.be
Bebe.be
Bebe.be
Bebe.be
Bebe.be
Bebe.be

Comment savoir si je suis prête à être maman ?

Comment savoir si je suis prête à être maman ?

De nombreuses raisons peuvent vous faire désirer un bébé en ce moment. Etes-vous prête à être maman ? Un bon nombre d’indicateurs peut vous aider à être mieux située et à prendre une décision avantageuse. Suivez le guide proposé !

Une décision sérieuse à prendre en considération

Il ne suffit par seulement d’avoir tous les atouts physiques pour prétendre être maman. Devenir une mère, c’est avoir des responsabilités vis-à-vis de l’enfant qu’on mettra au monde. C’est pourquoi, il est nécessaire d’avoir certaines « aptitudes » avant de s’engager dans une éventuelle grossesse. On peut dire qu’une personne est prête à être maman si elle a une pleine conscience de ses responsabilités ou de ses obligations en donnant naissance à un enfant. On est prête à être maman dans le cas où on se sent capable de donner une bonne éducation, à tous les niveaux, à cet être qui sortira de soi. Sans oublier de pouvoir faire face aux difficultés imposées par la vie. Par exemple, le cas des familles monoparentales.

En effet, l’échec d’un mariage ou d’une union reste évidemment une expérience pénible. Les douleurs s’accroissent davantage lorsqu’on se retrouve seule à vivre seule avec sa progéniture. Il faut être capable de subvenir convenablement aux besoins de son enfant. Or, en général, la mère est vulnérable aux problèmes causés par l’insécurité financière. Dans ces circonstances, elle pourrait transmettre ses problèmes ou ses angoisses à sa descendance, même si ce n’est pas ce qu’elle désire. Pourtant, le nombre de familles monoparentales augmente au fil des ans parce que les couples divorcent ou se séparent davantage.  

Mais, avoir conscience des problèmes qui peuvent survenir ne devrait pas refroidir votre ardeur de vouloir devenir même. Il faut être préparé aux situations, même les plus extrêmes. En outre, vous devez vaincre la peur que la maternité freine votre carrière. D’un autre côté, décider d’avoir un enfant est une décision qui devrait être prise avec son partenaire pour une bonne harmonie du couple. Le partenaire a son mot à dire puisque c’est lui qui apporte le spermatozoïde nécessaire à la fécondation.

Être capable de tomber enceinte

De nombreuses femmes veulent avoir un enfant, mais dans la pratique cela est impossible. Le fait de vouloir un enfant ne conduit pas forcément à une procréation. Il y a assez de choses qui peuvent rendre une grossesse impossible. Alors, vous devez savoir si vous êtes prête sur le plan physique à être maman. Il faut donc consulter un gynécologue afin de dresser un tableau très complet sur votre situation. Votre état de santé ou une situation personnelle peut avoir une influence déterminante sur le déroulement d’une quelconque grossesse. Il existe une variété d’exemples qu’on pourrait citer. Par exemple, les maladies vénériennes subies dans le passé et qui n’ont pas été complètement guéries. Ainsi que les irrégularités dans les règles, le groupe sanguin et le facteur rhésus de la femme. N’oublions pas les causes éventuelles d’une précédente fausse couche ou un avortement ayant laissé des séquelles plus ou moins graves. La visite chez le spécialiste vise à repérer les obstacles à la fécondité. Évertuez-vous à faire les examens cliniques ou radiologiques qu’il vous recommandera.

Si la visite chez le spécialiste donne des résultats encourageants, n’oubliez pas d’adopter tous les gestes utiles qui vous aideront à tomber rapidement enceinte. Pour qu’il ait grossesse, il faut qu’un gamète mâle parvienne à féconder le gamète femelle expulsé par l’ovaire au moment de l’ovulation. Le chemin pour atteindre l’ovule est un véritable parcours du combattant pour les spermatozoïdes. Il y a tellement de « pièges ». Mais, on peut les aider en ayant des rapports sexuels au moment de l’ovulation. D’ailleurs, toute femme est capable de calculer sa date d’ovulation. Celles qui ont un cycle normal savent que la phase de l’ovulation a lieu le 14e jour du cycle menstruel. Dans le cas d’un cycle très régulier, il est préférable de vous laisser guider par un test de grossesse. Vous n’avez pas besoin de parcourir de longue distance pour acheter un test d’ovulation.

Prête à être maman : avoir peur de l’accouchement

Quand le désir d’être mère se mêle à la peur de la maternité, plusieurs femmes se posent mille et une questions. Faites-vous partie de ces femmes « assoiffées » d’enfant, mais dont l’idée d’accoucher les terrorise ? Les idées reçues ou des terribles commentaires de leurs proches peuvent être à l’origine de cette peur. C’est vrai, à l’approche de l’accouchement, durant la sortie de bébé du sein maternel et au cours de la délivrance la femme ressent assez de douleurs. Toutefois, il est bon de préciser qu’aujourd’hui, avec le développement de la médecine, chaque femme est en mesure d’accoucher en toute quiétude. Ce qui doit faire disparaître les craintes. D’ailleurs, on a des accouchements à douleur atténuée ou sans douleur. Une femme, par nécessité ou par choix, peut accoucher sous anesthésie. Les spécialistes ont une variété de propositions afin d’aider les femmes qui sont prêtent à être maman à accoucher en souffrant le moins possible. Pour échapper à la douleur et à la fatigue d’un accouchement, certaines futures mères peuvent envisager une césarienne.

D’autres femmes préfèrent affronter les douleurs liées à la maternité. Une fois le cap passé, leurs craintes s’évanouissent, et elles sont heureuses d’avoir pu supporter la fatigue d’un accouchement naturel. On peut dans ce cas se « vanter » auprès de ces amis sans honte. Cependant, il ne faudrait pas blâmer les autres, c’est une question de choix ou de nécessité. Par ailleurs, avant un accouchement, vous pouvez suivre un programme de préparation psychophysique. Cette préparation à l’accouchement aide la future mère à mieux supporter la douleur et à l’affronter de la meilleure des façons.

Au niveau de la psychologie, on peut expliquer la peur de la maternité chez la femme. Pour les psychologues, elle ne veut pas perdre un être qui faisait partie d’elle pendant neuf (9) mois. Ainsi, on peut craindre de perdre son bébé ou qu’il soit anormal.      

Les salons du bébé