Bebe.be
Bebe.be
Bebe.be
Bebe.be
Bebe.be
Bebe.be
Bebe.be

Douleurs dans le bas ventre en fin de grossesse

Douleurs dans le bas ventre en fin de grossesse

A l’approche de l’accouchement ou en fin de grossesse, des douleurs au bas-ventre peuvent occasionner des souffrances chez la femme enceinte. Comment interpréter ces douleurs soudaines au bas-ventre ? Ces douleurs sont-elles normales ou dues à une pathologie ? Voici les réponses claires à toutes ces questions. Découvrez !

Niveau de l’utérus en fin de grossesse

Tout d’abord, lorsque la femme enceinte arrive dans son huitième mois, l’utérus se positionne à peu près à mi-hauteur entre le nombril et la pointe du sternum. A ce stade, certaines gênes peuvent survenir. Par exemple, quelques difficultés à respirer ou à se mouvoir. Au neuvième mois de la grossesse, l’utérus atteint son niveau le plus élevé. On est à quelques jours de l’accouchement (environ 15 jours). L’utérus occupe ainsi presque toute la cavité abdominale. Puis, à l’approche de l’accouchement, il va redescendre de quelques centimètres. Les dimensions de l’utérus à cette période sont les suivantes : 32 cm de haut et 24 cm de diamètre. Sa capacité atteint 5 litres. Ces différentes valeurs peuvent évoluer d’une femme à une autre.
 
Pendant le troisième trimestre de la grossesse, plusieurs troubles peuvent apparaître chez la femme enceinte. On pense tout de suite à l’augmentation de la tension artérielle ou au gonflement des mains et des jambes. Un contrôle médical permet de limiter les risques de complication. Mais, d’autres douleurs peuvent survenir. Il y a par exemple les douleurs au bas-ventre en fin de grossesse.

Comment interpréter les douleurs dans le bas-ventre ?

A l’approche de l’accouchement, l’organisme se prépare activement à cet événement majeur. La femme peut ressentir cela par une gêne diffuse. Elle peut aussi ressentir des crampes douloureuses au bas-ventre. Ces douleurs ne surviennent pas chez toutes les femmes. Celles qui ont déjà ressenti de telles douleurs au bas-ventre savent qu’elles sont assez semblables aux coliques des règles. Il ne faudrait en aucun cas s’inquiéter lorsque ces douleurs apparaissent. En fait, selon les spécialistes, il ne s’agit que de phénomènes passagers. Puis, à la suite des premières contractions, la femme peut constater l’apparition d’une perte muqueuse. Le travail commence véritablement quand les contractions de l’utérus se succèdent à un rythme régulier. On remarquera que l’intervalle entre deux contractions est au début de plusieurs minutes, par la suite il se raccourcit. Ces douleurs dont l’intensité varie d’une femme à une autre sont qualifiées de « non pathologiques ». Elles se manifestent le plus souvent par des tiraillements dans le bas-ventre. Elles deviennent plus fréquentes dans la 38e semaine de la grossesse.
 
Ne pas confondre les douleurs passagères avec les signes annonciateurs de bébé. Il faut savoir reconnaître les vrais signes. Des signaux à prendre en compte : la perte des eaux et les contractions. La bonne attitude à tenir est de garder son calme et se faire accompagner à la maternité.

Attention à certaines douleurs

 Bien sûr, les douleurs qui apparaissent en fin de grossesse sont en général normales. Elles peuvent se manifester à plusieurs niveaux (bas-ventre, dos, etc.). D’ailleurs, la femme enceinte est sujette aux douleurs abdominales tout au long de la grossesse. Toutefois, certaines douleurs peuvent être dues à une pathologie. Dans ce cas, la consultation d’un médecin est primordiale. Ces douleurs peuvent se signaler dans le 2e ou le 3e trimestre de la grossesse. Les causes sont diverses : accouchement prématuré, torsion de l’ovaire, pré-éclampsie, etc. 

Un accouchement prématuré

L’accouchement prématuré suppose une naissance survenant avant le 9e mois de la grossesse. Il a lieu avant la 37e semaine de la grossesse. Les statistiques révèlent que 5 à 10% des naissances sont concernées par l’accouchement prématuré. Plusieurs causes sont à la base : médicales, accidentelles et socio-économiques. En outre, il y a les facteurs aggravants. On distingue la consommation abusive de l’alcool, la prise de tabac et la consommation de la drogue. Les signes qui doivent alerter la femme enceinte sont divers. Ce sont des douleurs au niveau du bas-ventre, des contractions fréquentes et douloureuses. Il faudrait consulter dans le cas où vous constatez que les douleurs se manifestent plus de 10 fois par jour. Les autres signes sont les saignements, des vertiges, palpitations et des maux de tête.

En cas de pré-éclampsie  

La pré-éclampsie est une affection dont les causes sont encore inconnues des spécialistes. Vous pouvez la reconnaître par de nombreux symptômes après la 20e semaine de la grossesse. Une enflure au visage et aux mains doit faire penser à une pré-éclampsie. Mais, ici d’autres symptômes comme la nausée, les douleurs au ventre et le mal de tête accompagnent cette enflure. On peut aussi constater une prise de poids anormale. Un signe caractéristique de la pré-éclampsie est la montée de la pression artérielle (au-dessus de 140 mm Hg et 90 mm Hg). Les analyses des urines de la femme enceinte révèlent un fort taux de protéines. Les facteurs de risque sont les suivants : première grossesse, plus de 40 ans, diabète, excès de poids avant la grossesse… L’affection peut évoluer en une éclampsie.
 

Quelques détails sur l’éclampsie

Les médecins présentent l’éclampsie comme une affection survenant dans le troisième trimestre de la grossesse. En plus de l’hypertension artérielle, on observe également chez la femme enceinte des convulsions. Dans 50% des cas, une éclampsie provoque la mort du bébé. Il convient donc de se faire suivre par un médecin durant tout le temps de la grossesse. Notamment les femmes qui n’ont jamais eu d’enfant, ou bien qui ont un problème de diabète ou d’hypertension artérielle. Il est bon de savoir qu’un examen de Doppler aide à évaluer les risques.

Que savoir de la torsion de l’ovaire ?

L’un des ovaires peut avoir un mouvement anormal, c’est-à-dire effectuer une torsion. On parlera dans ce cas de torsion de l’ovaire. La torsion ovarienne peut survenir après un traitement de procréation médicalement assistée (PMA) ou à la suite d’une augmentation de la taille de l’ovaire. En cas de torsion ovarienne, on ressentira des douleurs dans le bas-ventre. Elles peuvent être accompagnées de douleurs lombaires ou de vomissements.           
       
 
    
       
 

Les salons du bébé